Ciel urbain

Vitaminé

Olive

Marine

Crépuscule

Nuit

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

Dossier thématique

Édito

Écrire, c’est former et transformer sa pensée.
Jean-Pierre Astolfi

On annonçait volontiers, il y a quelques années, la disparition programmée de l’écriture au profit d’autres formes de communication, portées notamment par l’essor du numérique et de la téléphonie. Or on constate aujourd’hui qu’il n’en est rien. Le numérique, au contraire, a considérablement développé et diversifié les pratiques d’écriture hors l’école ; et le clavier n’a pas pour autant supplanté le stylo, ni l’écran le papier.

L’école obligatoire a d’abord œuvré pour permettre l’accès à la lecture. Cette première révolution culturelle n’est que partiellement achevée. Pourtant, prévient Dominique Bucheton dans un récent ouvrage, une deuxième révolution se profile déjà : celle de l’écriture. « Elle est porteuse de ruptures idéologiques, culturelles, politiques, majeures qui vont aller en s’amplifiant. L’homme de demain sera auteur […]. L’explosion du numérique prépare la démocratisation des pouvoirs de l’écriture, encore récemment très réservés à une minorité. » (1) Pour autant, on doit reconnaître que ces pouvoirs de l’écriture sont encore fragiles, inégalement partagés, ouverts à toutes les dérives, toutes les manipulations, singulièrement sur Internet.

Si l’école veut promouvoir le développement pour tous d’une « écriture réflexive, critique, communicative, créative, engagée, individuelle et collective, une écriture de travail partagé, de l’action collective […]. » (2), elle doit l’enseigner. Les nouveaux programmes nous y enjoignent, en insistant sur un enseignement continué, progressif et diversifié de l’écriture, dans toutes ses dimensions, dans toutes les disciplines, de l’école maternelle au lycée.

Les enseignants le savent bien : l’écriture ne se réduit pas à une technique, ne se contente pas de transcrire un déjà-là de la pensée ; elle a une fonction cognitive. L’écriture construit la pensée, soutient ses opérations les plus complexes en soulageant la mémoire, et permet l’objectivation des raisonnements. L’écriture travaille la pensée.

Paradoxalement pourtant, la place laissée à la production d’écrits demeure la portion congrue des pratiques de classe, les écrits pour réfléchir et pour apprendre restent « un impensé de la culture enseignante » (3) et les évaluations nationales comme internationales montrent que nos élèves ont des difficultés à lire et à penser un stylo à la main. Il faut donc banaliser la pratique quotidienne de l’écrit et développer des gestes professionnels ajustés. Les pratiques doivent être multiples. Les écrits de travail, linéaires ou non, prises de notes, listes, brouillons..., sont autant d’étapes qui permettent de révéler et de soutenir, au fil des réécritures successives, la structuration d’une pensée en mouvement. Les écrits intermédiaires, les schémas, diagrammes, cartes heuristiques, cartes conceptuelles, cartes légendées, tableaux... sont autant de gestes aussi, qui doivent faire l’objet d’un enseignement explicite, attentif aux processus d’écriture, mais aussi aux possibilités de transcodage, qui fait passer d’un système sémiotique à un autre : reformuler en texte des données organisées en tableau, mettre en schéma une observation... L’attention ne peut se porter exclusivement sur le produit fini ou sur le code. Si les écrits doivent bien conduire les élèves vers des productions finalisées exigeantes, ils doivent aussi signifier qu’écrire, tout comme lire, cela s’apprend. Ensemble. Pas de mystère, ni de fatalité.

Ce dossier transversal, premier du nom sur notre département, a vocation à explorer cette compétence d’écriture au travers des textes officiels, à présenter des ressources, des formations, à promouvoir des dispositifs attractifs, et à diffuser des expériences riches et fertiles.

 

Christian Wassenberg
Inspecteur d’académie - Directeur académique
des services de l’Éducation nationale de la Seine-Saint-Denis

 

(1) Dominique BUCHETON, Refonder l’enseignement de l’écriture. Vers des gestes professionnels plus ajustés du primaire au lycée, Paris, Retz, 2014, pp. 6-7

(2) Ibid.

(3) Ibid.


Recherche (Google) :

Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants