DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

Région académique Ile-de-France

La DSDEN
École, collège, lycée
Espace pédagogique
Gestion des personnels

Fermer X



Fermer X


Dossiers thématiques transversaux
La production d’écrits à travers les cycles


Fermer X



Fermer X


La DSDEN

École, collège, lycée

Espace pédagogique

Gestion des personnels

Accueil > Rubriques spéciales > A la une des établissements > Nos reportages de l’année scolaire 2014-2015

Nos reportages de l’année scolaire 2014-2015

Une journée d’accueil des nouveaux enseignants du quartier d’Orgemont à Épinay-sur-Seine

Initié il y a deux ans dans le cadre du CUCS (Contrat urbain de cohésion sociale) expérimental, le stage d’accueil et de découverte du quartier d’Orgemont à Épinay-sur-Seine, à destination des personnels de l’Éducation nationale nouvellement nommés sur le quartier, a connu sa deuxième session le mercredi 15 octobre 2014 au collège Jean Vigo d’Épinay-sur-Seine.

Avec les 80 personnes présentes, ce temps fort de 3 heures s’inscrivait ainsi dans la dynamique de la refondation de l’éducation prioritaire impulsée il y a tout juste un an.

La démarche concerne à la fois le contexte (urbain, socio-économique et culturel), les partenariats (institutionnels et associatifs), la liaison inter-degrés (de la maternelle au collège) et la relation avec les familles. Elle répond principalement à l’un des axes du plan de la refondation de l’éducation prioritaire, celui des équipes éducatives formées, stables et soutenues : « Les enseignants nouvellement nommés en éducation prioritaire doivent faire l’objet d’une attention particulière afin de faciliter leur prise de poste. Leur accueil sera organisé dans chaque réseau. »


Le déroulement de la rencontre


Le public initialement visé, les enseignants et personnels de l’éducation nationale nouvellement nommés de la maternelle au collège, a été élargi aux plus anciens afin que ces derniers puissent témoigner de leur expérience. Pour le premier degré, où l’action était inscrite au plan d’animation pédagogique de la circonscription, 24 personnes étaient présentes dont deux directrices d’écoles et un directeur.

Sur la seule base du volontariat, 20 personnes du collège ont également répondu présent, dont une forte proportion de jeunes enseignants, un assistant d’éducation, un assistant pédagogique et l’Assistant Prévention Sécurité, auxquels il convient d’ajouter le principal adjoint et la forte implication de la gestionnaire, de son secrétaire et des agents pour la mise en place du restaurant scolaire, l’installation du vidéo projecteur et de la sono, l’entretien du collège et autres attentions et contributions (le dessert, le café…) qui ont toutes concouru à la qualité de l’accueil.

Il est midi, les élèves sortent de classe, les partenaires et les enseignants des écoles arrivent. Ce croisement est l’occasion pour les collégiens, qui reconnaissent certains de leurs anciens professeurs et les interrogent sur leur venue, de prendre la mesure du REP et de la continuité école-collège. Certains d’entre eux, un peu plus tard, n’en reviendront pas de voir autant d’enseignants dans les rues du quartier.

 

Le premier temps fut d’abord celui d’un accueil et d’échanges informels autour d’un buffet préparé par les parents d’élèves (une dizaine de parents étaient présents, certains élus aux conseils d’écoles ou au CA, d’autres non), suivi d’une présentation du déroulé de l’action, de ses objectifs et de sa place dans la refondation de l’éducation prioritaire. Puis, plan d’Epinay au mur et plan du quartier remis à chacun des participants, ce fut le moment émouvant du témoignage de Mme Gropper, figure historique et militante associative, précédé du visionnage de l’extrait vidéo d’un documentaire de 1964 sur « les grands ensembles » où des jeunes du quartier Orgemont sont interviewés.

 

De nombreux représentants institutionnels étaient présents : le Préfet délégué pour l’égalité des chances du 93, le directeur académique adjoint des services de l’Éducation nationale du 93 accompagné de l’IEN chargé de mission éducation prioritaire et politique de le ville et l’adjoint au maire chargé de la politique de la ville accompagné du conseiller municipal en charge des associations. Ils ont pris la parole pour saluer l’initiative, en rappeler les enjeux et encourager sa généralisation à l’ensemble de la ville, des REP et des quartiers prioritaires du département.

Les partenaires locaux de l’Éducation nationale étaient aussi largement représentés (liste et coordonnées en pièce jointe).

Après un café, moment où les échanges informels furent là encore très nombreux, les participants ont ensuite visité le quartier, guidés par les parents d’élèves et profité des trois escales commentées, et bienvenues en cet après-midi pluvieux, au centre socioculturel Félix Merlin (et ses accompagnements éducatifs périscolaires), au Pôle musical d’Orgemont (ses missions auprès des jeunes, ses liens avec les écoles et le collège) et à la médiathèque Camus (avec l’association « Coup de Pouce » d’aide aux devoirs), terminus d’une visite qui a vu de nombreux enseignants rester jusqu’à la fin bien que le temps prévu fut évidemment largement dépassé.

 

Le bilan

Présenter le quartier, son histoire, ses caractéristiques socio-économiques et culturelles, rencontrer les acteurs des structures institutionnelles et associatives avec lesquelles les enseignants sont susceptibles de travailler, visiter le quartier, s’y repérer et en connaître les principales ressources et activités : autant d’objectifs atteints lors de cette rencontre.

Première étape vers la stabilisation à plus long terme des équipes éducatives des écoles et du collège, l’action a aussi permis de rassurer les nouveaux enseignants en exposant les véritables atouts d’un quartier dont la réputation a parfois des effets négatifs sur l’ensemble de ses établissements scolaires.

Les enseignants ont surtout pris la mesure des synergies à l’œuvre sur ce quartier où les difficultés sociales persistent et où l’école constitue un pôle structurant majeur et un enjeu, et ne saurait, pas plus qu’ailleurs en éducation prioritaire, travailler seule. Tous les acteurs s’accordent en effet sur le rôle prépondérant de l’école dans la maîtrise des savoirs de base et l’appropriation de repères collectifs structurants ; ils concertent leurs actions en complémentarité contre les difficultés et pour la réussite scolaire des élèves.
Il s’agissait donc non seulement de valoriser l’offre partenariale existante mais aussi de sensibiliser les enseignants sur la nécessité de la dimension partenariale et sur l’importance du lien avec les familles dans leur travail. De ce point de vue, le réseau Jean Vigo est un réseau d’éducation prioritaire par le travail pédagogique mis en œuvre et parce qu’il inclut et associe les partenaires et les parents : au delà d’un quartier, il s’agit aussi de désenclaver l’école et sur ce plan, le réseau est le moteur d’une dynamique d’ouverture et de mise en synergies qu’il s’agit de poursuivre et de consolider.

 

Texte : Philippe Rocher, coordonnateur REP
Photographies : Montassir Sakhi, assistant pédagogique au collège J. Vigo

Coordonnées des acteurs et des partenaires - textes et sites

REP Vigo Info

© DSDEN93 - article actualisé le 5 décembre 2014


Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants



Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants