DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis


La DSDEN
École, collège, lycée
Pédagogie
Gestion des personnels

Documents officiels
Circulaires départementales


Fermer X



Fermer X



Fermer X


Santé et sécurité
Santé et sécurité au travail


Fermer X


La DSDEN

École, collège, lycée

Pédagogie

Gestion des personnels

Agenda

Accueil > Pédagogie > Enseignements et parcours éducatifs > Valeurs de la République, Enseignement moral et civique, Égalité filles-garçons, EMI > Témoignages d’actions et de pratiques de classes

Témoignages d’actions et de pratiques de classes

Les élèves de 4e2 du collège J.B. Corot du Raincy à l’honneur du projet partenarial École/Justice 2021

Chaque année, en partenariat avec la DSDEN 93, le Tribunal judiciaire de Bobigny et le Conseil départemental de l’accès au droit (CDAD) organisent la « Journée jeunes ». Proposée aux classes de 4e, il s’agit pour les élèves de jouer différents rôles (prévenus, témoins, avocats, psychologues, victimes…) lors d’un procès reconstitué à partir d’une affaire réellement jugée par le tribunal pour enfants et qui traite d’une situation de violence en milieu scolaire. La journée de reconstitution se déroule au tribunal pour plus de réalisme.

Cette année, le contexte sanitaire a empêché la tenue de cette journée sous sa forme habituelle.
Les partenaires ont alors proposé un projet novateur pour la « Journée jeunes 2021 » : un concours d’éloquence pour des classes de 4e du département sur le thème suivant : Réseaux sociaux, dangers ou progrès pour l’individu et la société ? Les élèves devaient s’interroger sur les enjeux soulevés par l’émergence et l’usage des réseaux sociaux en s’intéressant particulièrement à leurs avantages et leurs inconvénients, leurs risques, leurs limites pour l’individu et la société et présenter un argumentaire contradictoire. Les plaidoiries des élèves ont été filmées et mises en scènes par leur soin et soumises à un jury composé essentiellement de professionnels de la justice.

7 classes ont participé à ce concours d’éloquence et c’est la classe de 4e 2 du collège Jean-Baptiste Corot du Raincy, encadrée par leur professeure de français, Mme Gaudinet, qui a remporté le concours.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu le mercredi 16 juin 2021 au Tribunal judiciaire en présence notamment de M. Ghaleh-Marzban, président du tribunal, Mme Klein-Donati, procureure de la République, et de M. Chaleix, inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’éducation nationale.
Chaque élève a reçu pour prix une tablette. Des exemplaires du Code Junior ont également été offerts à l’établissement.

La classe de 4e2 accueillie au tribunal                   La photo souvenir de la cérémonie


Les élèves de 4e2 ouvrent les portes du procès des réseaux sociaux

L’ambiance est solennelle. Les deux parties sont prêtes à développer leurs arguments. Le jury est tout ouïe. Une jeune fille incarne la partie accusée. La juge lance la séance : « Les réseaux sociaux sont-ils un réel danger, une menace ou un progrès pour l’individu et la société ? Madame l’accusée, plaidez-vous coupable ou non coupable ? »

L’audience s’anime, le public hue l’accusée et la juge demande le calme dans la salle : « Vous êtes dans un tribunal, pas dans une cour d’école ! ».
« Je plaide non coupable, malgré ce que la partie civile pense, je ne suis pas coupable des faits dont on m’accuse ! ».
« Très bien, Maître Pour et Maître Contre, je vous laisse la parole, à vous et à vos témoins ».

Le premier argument plaide en faveur des réseaux sociaux qui sont une expression de liberté et un moyen d’échanges. L’accusation se lève aussitôt pour contrecarrer cet argument : les réseaux sociaux blessent, provoquent et manquent de respect, ce n’est pas une bonne façon de libérer son expression et pas une réelle communication.
Les témoins s’enchaînent, l’accusation interpelle les jurés sur la nocivité des fake news, mais la défense décale aussitôt l’argument en mentionnant la responsabilité de l’utilisateur, de ces failles de l’être humain qui utilise juste un moyen qui lui est offert ; c’est à l’utilisateur de réguler son utilisation.
L’accusation ne lâche pas : les réseaux sociaux sont addictifs, ils offrent trop de possibilités, « les réseaux sociaux, c’est comme les radiations, plus tu y restes, plus ça détruit ! ». Réaction immédiate : « Mais qui décide ? Qui décide d’oublier les messages de prévention ? Qui ne s’autocensure pas ? (…) C’est la responsabilité individuelle de chaque utilisateur qui est ici en jeu. Le coupable, ce ne sont pas les réseaux sociaux, ce sont ceux qui les utilisent pour cultiver la haine ».

Voici venu le temps du verdict. Les jurés délibèrent, certains s’enflamment, les avis semblent partagés.

La juge récapitule le débat : « Les réseaux sociaux ont des points négatifs, mais c’est aussi un moyen de libérer la parole et ils aident les gens à se rapprocher du monde entier. C’est compliqué, et ce n’est pas à moi ni aux jurés de trancher : c’est à vous ! J’invoque votre libre arbitre et votre liberté de penser : vous, qu’en pensez-vous ? »

 

RGPD et droit à l’image
Les parents d’élèves disposent d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données personnelles (photographies) de leur enfant.
Pour exercer ce droit, vous pouvez écrire à ce.93webmestre@ac-creteil.fr ou téléphoner au 01 43 93 73 72.

© DSDEN93 - article actualisé le 2 juillet 2021

Agenda


Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants

Service Public +
Les engagements de la DSDEN
Formulaire de réclamation



Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants

Service Public +
Les engagements de la DSDEN
Formulaire de réclamation