DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

Région académique Ile-de-France

La DSDEN
École, collège, lycée
Espace pédagogique
Gestion des personnels

Fermer X



Fermer X


Dossiers thématiques transversaux
La production d’écrits à travers les cycles


Fermer X



Fermer X


La DSDEN

École, collège, lycée

Espace pédagogique

Gestion des personnels

Accueil > Rubriques spéciales > A la une des établissements > Nos reportages de l’année scolaire 2015-2016

Nos reportages de l’année scolaire 2015-2016

La laïcité en questions et en actes

Le 5 décembre 2015, lors du Conseil
des enfants de l’école Victor Hugo de Gagny, les représentants
des élèves de chaque classe débattaient autour du thème de la
laïcité. Le Conseil était animé par une enseignante de l’école, Mme Danielle Lemaire, et un membre de la réserve citoyenne, Mme Régine
Gérard.

Les questions

Les enfants ont d’abord cherché à
définir la laïcité. Les réponses ont été variées : « 
respecter les autres », « ne pas insulter les religions des autres
 », « le droit de croire ou de ne pas croire » …

Adil, élève de CM1, s’interroge sur
l’origine du mot ; le terme « laïc » est apparu au XIIIe siècle,
il est issu du latin « laicus » qui signifie « commun, du peuple
 », par opposition au mot « clerc » qui désigne les institutions
religieuses.

Mme Gérard leur demande alors
d’expliquer ce que signifie : « aller dans une école publique et
laïque ». Spontanément, ils répondent que tous les enfants y vont
et qu’ils y ont les mêmes droits. Chacun a le droit d’avoir ses
propres croyances, mais cela relève de l’intime et n’a pas à
être visible à l’école. Une élève rappelle l’interdiction du
port de signes religieux institué par la loi de mars 2004.
Elle
fait un bref rappel de l’histoire de la laïcité en France : la
laïcité est issue des idées de la Révolution française, mais il
a fallu attendre la loi du 9 décembre 1905 pour que ce principe
républicain soit inscrit dans la loi avec la séparation des
églises et de l’État.

 

En préparant ce conseil, les enfants
ont tous été amenés à travailler sur la Charte de la laïcité ;
en début d’année elle a été signée par leurs parents. Le débat est orienté sur le
caractère indivisible de la République française. Un enfant
définit ce terme : la France ne peut être divisée, coupée pour
quelque raison que ce soit.
Ce caractère indivisible assure la
paix sur notre territoire. Il a été institué pour qu’on ne se
fasse pas la guerre y compris pour des motifs religieux.

Téné pose alors cette question
essentielle : « Comment faire pour que la laïcité ne s’arrête
jamais ? ».
Les enfants sont invités à réfléchir et à
répondre à cette demande de leur camarade ; il faut la
respecter, transmettre les valeurs qu’elle implique et qui sont
celles de la devise de la République française :
Liberté-Égalité-Fraternité.
Dans une école publique, chacun
garde sa liberté de conscience, on ne me juge pas sur mon
appartenance religieuse ou ethnique. Les enfants sont égaux à
l’école, filles et garçons. Enfin, il faut être solidaires,
s’aider, être ensemble par le travail en équipe, prendre les
décisions après avoir entendu les arguments de chacun.

Pourquoi est-ce important de réfléchir
à ce qu’est la laïcité à l’école ?
Les enfants disent
que lorsqu’ils seront adultes ils pourront transmettre ces valeurs.

 

Les actes

Le 9 décembre, date
anniversaire de la loi de 1905, c’est la journée de la laïcité.
Madame Gérard raconte aux élèves que, lors de la Révolution
française, les citoyens ont planté des arbres de la Liberté, des
arbres symboles de la joie populaire qui célèbrent la souveraineté
du peuple.

Selon cette tradition, le Conseil des
enfants de l’école Victor Hugo va planter un arbre de la laïcité
dans le jardin de l’école. Cet acte symbolique, pour renforcer le
caractère officiel, est accompagné par Mme Claire Bruch, présidente
des DDEN de Gagny-Villemomble, Mme Iscache représentante de la
municipalité et M. Deniel, inspecteur de l’Éducation Nationale,
circonscription de Gagny-Villemomble.


Les enfants se sont réunis dans le
jardin et ont pu entendre les félicitations de ces trois
intervenants sur leur action collective.
Ensemble, ils préparent
l’installation de l’arbre puis le déposent. Le choix de l’arbre
est symbolique : il s’agit d’un cerisier, ainsi les enfants
pourront assister au cours de l’année scolaire à sa floraison et
ils espèrent bien pouvoir goûter à ses fruits.

Les représentants des institutions
rappellent dans leurs discours l’importance de cet acte. L’arbre
est toujours un symbole, dans toutes les cultures, par son
enracinement, par son feuillage protecteur. L’arbre est un symbole
de la vie, il faut en prendre soin, le respecter… tout comme la
laïcité, il est fragile.

Mme Gérard précise que cet arbre est
le premier planté dans une école à Gagny, le deuxième en
Seine-Saint-Denis et que les enfants peuvent être fiers de cette
volonté affichée de préserver ce bien précieux qu’est le vivre
ensemble, dans le respect des différences de chacun, religieuses ou
culturelles.

Cet arbre symbolise l’attachement de
chacun à la laïcité, valeur universelle de paix entre les hommes.

Cette action fut également conduite
dans le cadre des manifestations de la COP 21 « Planter un
arbre pour le climat ».


© DSDEN93 - article actualisé le 20 janvier 2016


Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants



Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants