DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

Région académique Ile-de-France

La DSDEN
École, collège, lycée
Espace pédagogique
Gestion des personnels

Fermer X



Fermer X


Dossiers thématiques transversaux
La production d’écrits à travers les cycles


Fermer X



Fermer X


La DSDEN

École, collège, lycée

Espace pédagogique

Gestion des personnels

Accueil > Rubriques spéciales > A la une des établissements > Nos reportages de l’année scolaire 2014-2015

Nos reportages de l’année scolaire 2014-2015

Concours national de la Résistance et de la Déportation : Baptiste Tourtelier, un lauréat, un héritier


"Les résistants sont des hommes et des femmes qui refusent
le régime de Vichy et l’occupation allemande.
Ils sont caractérisés par leur rebellion et leur soif de liberté.
Ils veulent créer une société, plus juste et plus libre. (...)
Puisque l’ancien régime ne s’est pas déroulé correctement, il faut le changer.
Le changement est au coeur des idées de la résistance fançaise."

Baptiste Tourtelier
Classe de 3ème
Collège Louis Pasteur - Villemomble

Ancien élève du collège Pasteur de Villemomble, Baptiste Tourtelier est désormais un jeune lycéen au lycée Georges Clémenceau de Villemomble. Discret et modeste, sans toutefois être timide, il s’est distingué par la qualité de son travail lors de la session 2014 du Concours national de la Résistance et de la Déportation en obtenant un prix au niveau national.
S’il a un emploi du temps bien rempli : tennis, dessin, batterie et clarinette, théâtre, littérature fantastique, il a aussi des points de vue bien affirmés sur l’histoire, l’actualité, et certaines des grandes questions de notre temps.

Le concours du CNRD est un parcours dont il garde plus particulièrement en mémoire certaines visites, certaines images : la rencontre avec monsieur Guiche, "Il nous a parlé avec son cœur ", les croix blanches alignées, au cimetière du mémorial de Caen, le camp du Struthorf et l’horreur du laboratoire d’expériences menées sur les internés par un médecin fou.

Admiratif de la Résistance en elle même, il parle avec beaucoup de conviction de ce qu’il appelle le quotidien des résistants, leur engagement malgré le risque d’être trahi ou arrêté à tout moment, leur volonté, leur capacité à savoir faire des choix, des sacrifices, mettant même en danger leur propre famille.
Il ne cache pas la fierté de ce premier prix, prix qu’il adresse en retour à ces hommes et femmes de la Résistance :" je suis fier d’avoir un prix, il fait honneur aux résistants. Ils ont beaucoup fait pour nous, il faut bien qu’on le leur rende. Notre vie aujourd’hui, nos droits, notre liberté de pensée, d’expression, c’est tout le contraire de ce que voulaient les nazis".


Son engagement pour le concours témoigne de son intérêt pour l’histoire. Il aime l’Histoire, les cours, les débats, il apprécie ses professeurs, il les remercie, messieurs Ritter et Sarthoux, parce que, au collège, ils lui ont permis à la fois ce travail sur la mémoire de l’histoire de la Résistance et de la Déportation, mais aussi une réflexion permanente sur des questions qui concernent l’actualité. Il est convaincu qu’il est important de préserver cette mémoire, pour que "cela ne recommence pas" ; ne pas oublier tant qu’il y a des guerres. Les guerres, l’humanité... l’homme est dangereux, pense t-il, parce qu’il possède une trop grande supériorité. Les progrès technologiques, oui, mais trop de pouvoirs donnés à un seul homme mettent la planète en danger ».

Se projeter dans le futur... peut-être des études de droit. Si cela reste flou, Baptiste Tourtelier a pourtant quelques certitudes, comme celle de ne jamais être passif, indifférent ou silencieux : " si un jour, j’assiste à un acte raciste, je sais que j’interviendrai".

Au-delà des connaissances sur cette période, le Concours national la Résistance et de la Déportation lui a donc permis de mieux connaître et mieux comprendre l’histoire et l’actualité, se construire en tant que citoyen.

 

"Je me demande souvent à quoi ressemblerait le monde si les allemands avaient gagné la guerre. (...)
Certaines rencontres, visites m’ont marqué durant cette année au sein du concours de la résistance.
La rencontre avec monsieur Guiche en fait partie. (...)
Les lettres des futurs fusillés au Mont Valérien m’ont ému car je pense à la tristesse de leur famille en lisant ces lettres.
Merci à tous les résistants qui se sont battus pour la liberté de chacun d’entre nous.
"

Baptiste Tourtelier
Classe de 3ème
Collège Louis Pasteur - Villemomble

© DSDEN93 - article actualisé le 27 janvier 2015


Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants



Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants