DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

Région académique Ile-de-France

La DSDEN
École, collège, lycée
Espace pédagogique
Gestion des personnels

Fermer X



Fermer X


Dossiers thématiques transversaux
La production d’écrits à travers les cycles


Fermer X



Fermer X


La DSDEN

École, collège, lycée

Espace pédagogique

Gestion des personnels

Accueil > Espace pédagogique > Enseignements et parcours éducatifs > Éducation artistique et action culturelle > Ressources pédagogiques > Ressources académiques et départementales

Ressources académiques et départementales

Ecoute musicale à l’école

Eléments musicologiques

Date de création : 1735 - 1736

Style musical  : baroque français

L’œuvre

"La Danse des Sauvages" (ou "Danse du calumet de la paix") est extraite de l’opéra-ballet "Les Indes galantes". Celui-ci est composé de quatre parties indépendantes appelées "entrées" dont chacune décrit une intrigue amoureuse dans une contrée lointaine : la Turquie, le Pérou, la Perse, l’Amérique du Nord.
La quatrième et dernière entrée, qui comprend "La Danse des Sauvages" fut ajoutée en 1736.
L’histoire se déroule dans une forêt de Louisiane après la victoire des Européens contre les Indiens. Zima, fille du chef d’une nation sauvage, se fait courtiser par un Français et un Espagnol. L’un prône l’amour volage, l’autre l’amour fidèle. Elle leur préfère Adario, chef des guerriers indiens. La danse finale dite "des Sauvages" scelle leur union en même temps que la réconciliation des peuples.

Le compositeur : Jean-Philippe Rameau (1683 -1764).
Considéré comme un des plus grands compositeurs de l’époque, il était également organiste et théoricien de la musique. Aujourd’hui, on connaît surtout ses pièces pour clavecin et ses opéras.

La formation instrumentale 
Rameau a écrit cette œuvre pour un ensemble instrumental composé d’instruments à vent (flûtes, hautbois…), à cordes (violons, violes), à percussion (timbales) et d’un clavecin.
Aujourd’hui, l’instrumentation peut varier en fonction des choix d’interprétation.

Clés de lecture 
1725 : la Comédie italienne demande à Rameau d’écrire une danse à l’occasion d’une exhibition de « sauvages » venus de la Louisiane.
Il compose pour cette occasion le "Rondeau des Sauvages".
Article du Mercure d’avril 1725 décrivant cette danse.

1728 : Rameau intègre ce rondeau dans le recueil des «  Nouvelles suites de pièces de clavecin  » (troisième recueil) sous le titre "Les Sauvages"

1736 : Il intègre la danse à son opéra-ballet "Les Indes galantes"

Analyse musicale : Version de Brüggen prochainement téléchargeable légalement sur Musique prim
Un rondeau (ou rondo) est une forme musicale basée sur l’alternance entre un refrain toujours identique et des couplets pouvant varier.

 
REFRAIN
 
 
1er COUPLET
 
REFRAIN
 
2ème COUPLET
 
REFRAIN
0 à 9’’
10’’à 18’’
19’’à 37’’
38’’à 47’’
48’’à 56’’
57’’à 1’16
1’17 à 1’25
1’26 à 1’35
A
A’
B
A
A’
C
A
A’

Pistes pédagogiques 

Accompagnement rythmique (Voir pièce jointe)

Proposition d’accompagnement corporel basé sur la pulsation (battement régulier). Celui-ci peut être également réalisé avec des percussions instrumentales ou tout autre objet sonore.
Le codage proposé concerne le refrain (parties A et A’).

Danse

La structure facilement identifiable ainsi que le caractère dynamique de cet extrait permettent la création de chorégraphies simples.

Activités vocales

Le thème du refrain peut être facilement mémorisé et chanté.

Mise en réseau avec d’autres œuvres 

Monsieur Rameau  : dessin de Carmontelle (1717 - 1806)
(Mine de plomb / Aquarelle / Sanguine / Gouache )

Tableaux de Jean-Antoine Watteau (1684 - 1721) :
La Comédie française, La Comédie italienne, Les Charmes de la vie

Informations complémentaires  :

Auteur du livret des Indes galantes : Louis Fuzelier (1674 - 1752)
Costumes dessinés par René-Louis Boquet (1717 - 1814) pour les opéras-ballets de Rameau
Manuscrit de la partition d’orchestre de 1743
Parodie des Indes galantes : "Chansons joyeuses et gaillardes" de Jean-Joseph Mouret (1682 - 1738)
Le mythe du bon sauvage (source : Cegep du Vieux-Montréal)
Extraits :
 Le « bon sauvage » est le fruit de l’imaginaire de tous les grands lecteurs des récits de voyages qui foisonnent à partir du 16e siècle : il est, en quelque sorte, un personnage composite fait à partir des nombreuses descriptions des hommes primitifs vivant dans un « âge d’or » naturel : Dieu est révélé par la Nature, croyait-on ; par conséquent, l’être naturel est foncièrement bon. Mais d’où pouvait donc provenir une telle croyance ? Cette vision des « sauvages » a longtemps été nourrie par des explorateurs et des missionnaires encore habités par l’illusion d’un paradis perdu. En effet, nombreux sont ceux qui ont chéri les propos d’Amerigo Vespucchi (1454-1512) sur les Indiens que l’on retrouve, ici, dans sa célèbre lettre intitulée Mundus novus (1503) :

Ils n’ont de vêtements, ni de laine, ni de lin, ni de coton, car ils n’en ont aucun besoin ; et il n’y a chez eux aucun patrimoine, tous les biens sont communs à tous. Ils vivent sans roi ni gouverneur, et chacun est à lui-même son propre maître. Ils ont autant d’épouses qu’il leur plaît […]. Ils n’ont ni temples, ni religion, et ne sont pas des idolâtres. Que puis-je dire de plus ? Ils vivent selon la nature. 

Accompagnement rythmique

© DSDEN93 - article actualisé le 5 juillet 2012


Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants



Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants