DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

DSDEN 93 - L’éducation en Seine-Saint-Denis

Région académique Ile-de-France

La DSDEN
École, collège, lycée
Espace pédagogique
Gestion des personnels

Fermer X



Fermer X


Dossiers thématiques transversaux
La production d’écrits à travers les cycles


Fermer X



Fermer X


La DSDEN

École, collège, lycée

Espace pédagogique

Gestion des personnels

Accueil > Espace pédagogique > Enseignements et parcours éducatifs > Éducation artistique et action culturelle > Dispositifs partenariaux

Dispositifs partenariaux

Charte départementale de développement des pratiques vocales et chorales

Référence : circulaire 2002-139 du 14/06/2002

Depuis sa signature, le 17 janvier 2002, les différentes parties prenantes de la charte ont renforcé leur collaboration, aboutissant notamment à la signature de conventions en faveur du développement de l’éducation musicale. Cela a permis dans les établissements scolaires, la mise en place d’actions intégrées au projet d’école telles que la collaboration avec des musiciens intervenants ou la création de classes à horaires aménagés en musique, de l’élémentaire au collège (voix, instruments, musique du monde...). Un accent particulier est apporté à l’information et à la formation des enseignants à travers des actions de formation continue, la création d’outils pédagogiques, l’organisation de rencontres et la constitution d’un réseau de personnes ressources.

Les signataires de la charte sont :

  • L’inspection académique de Seine-Saint-Denis, représentée par l’inspecteur d’académie directeur des services départementaux de l’éducation nationale, M. Jean Charles Ringard,
  • Le ministère de la culture et de la communication représenté par l’inspecteur pour la musique représenté par M. Laurent Chassain, et par la directrice régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France (DRAC), Mme Anita Weber,
  • Le conseil général de Seine-Saint-Denis représenté par le président du Conseil général, M. Robert Clément, par délégation la mission chant choral, représentée par son directeur, M. Serge Cyferstein,
  • Le Centre départemental de documentation pédagogique représenté par le directeur du centre, M. Jean Bernard Faure,
  • L’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) représenté par le directeur du centre de Seine-Saint-Denis, M. Pierre Belmas,
  • Le centre d’art polyphonique / mission voix de l’ariam Ile-de-France, représenté par la directrice générale de l’ariam, Mme Bernadette Grégoire.

Objectif

 
La charte s’inscrit dans le plan de développement des arts et de la culture à l’école, présenté le 14 décembre 2000 par les deux ministères de tutelle. L’objectif est de tendre vers une généralisation de la pratique vocale et chorale de l’enfant dès le premier degré (maternelle et élémentaire).
 

Préambule

 
Les pratiques vocales et chorales en Seine-Saint-Denis sont depuis plusieurs années particulièrement importantes dans l’école et hors de l’école. Elles se traduisent par de nombreuses initiatives tant au sein de l’éducation nationale que dans le cadre extra-scolaire. L’engagement constant des personnels de l’éducation nationale et des établissements spécialisés d’enseignement artistique montre le souci de proposer aux enfants ces éléments de culture essentiels à la formation du citoyen en devenir.
La charte vise à mettre en cohérence les diverses initiatives menées dans le département, à favoriser le partenariat entre les acteurs potentiels, à développer des pratiques vocales et chorales dans toutes les écoles du département. Ce développement se traduira par des actions de formation et par la création d’outils de valorisation des initiatives.
La charte a pour objet de définir une politique départementale dans le cadre des textes réglementaires de référence. Elle s’appuie sur les dispositifs existants à caractère national (programmes, ateliers artistiques, classes à pratiques artistiques et culturelles, classes à horaires aménagés, contrats éducatifs locaux) ainsi que sur les initiatives locales (projets d’école, de circonscription), favorisant la collaboration des établissements scolaires et des établissements d’enseignement artistiques spécialisés.
 

La charte vise une pratique vocale régulière pour tous les enfants au cours de leur scolarité.

Les chorales d’école sont un élément déterminant de ce processus de développement engagé. Elles y participent en appuyant leur fonctionnement sur les points suivants :
  • Un objectif de progrès et une exigence de qualité
  • L’inscription dans une dynamique de projet
  • La variété des dispositifs et des répertoires
  • Un éveil à la sensibilité et au plaisir.
 La charte s’articule autour de quatre points :

La formation

Les objectifs
La formation des enseignants doit leur permettre :
  • de conforter leurs acquis et leur potentiel musical afin de devenir acteurs à part entière de l’éducation musicale et de la pratique vocale des enfants, et de mettre pleinement en œuvre leurs compétences musicales personnelles
  • d’acquérir des compétences techniques complémentaires concernant notamment l’échauffement corporel et vocal, la voix parlée, la voix chantée, les spécificités de la voix de l’enfant, les répertoires selon les cycles et les différents champs culturels, le travail de l’oreille et l’écoute, les techniques d’apprentissage, les éléments de direction de chœur, la gestion de la séquence musicale…
  • de savoir travailler en complémentarité avec un musicien professionnel
  • d’inscrire le travail vocal dans un projet pédagogique et culturel plus large
  • de trouver un accompagnement dans leur parcours culturel professionnel.
 
La formation continue des CPEM et des musiciens intervenant en milieu scolaire, sera encouragée, dans le cadre des formations proposées notamment par les associations et structures d’enseignement spécialisé (mission chant choral, CFMI, écoles de musique…)
 
L’organisation territoriale et les dispositifs de formation
 
La formation sera organisée de manière à répondre à des critères de proximité géographique (échelon départemental, par circonscription, etc.) tout en permettant de s’appuyer sur les différents partenaires culturels du département, et en priorité sur les établissements spécialisés d’enseignement artistique (Conservatoire National de Région, Ecoles Nationales de Musique, Ecoles municipales de musique agréées). D’autres établissements d’enseignement spécialisé pourront venir conforter le dispositif au niveau local.
 
Elle proposera un parcours modulable selon les acquis et les attentes des enseignants.
 
Les dispositifs de formation 
 
Les dispositifs déjà existant seront recensés et pris en compte. 
Des dispositifs spécifiques seront conçus, mis en œuvre et évalués en partenariat entre l’éducation nationale et les différents acteurs culturels recensés.
Toutes les modalités d’organisation (en temps scolaire, hors temps scolaire, mixte) seront proposées.
De nouvelles mesures seront mises en œuvre : par exemple des formations pour les non-titulaires du DUMI, l’organisation de journées d’information et de coordination des intervenants.
Les acteurs et les lieux ressources
  • Les conseillers pédagogiques en éducation musicale (CPEM) du département
  • Les professeurs de musique de l’IUFM départemental

  • La mission chant choral du Département de la Seine-Saint-Denis
  • Le réseau des établissements territoriaux spécialisés d’enseignement artistique de la Seine-Saint-Denis (écoles de musiques)
  • La mission voix de l’Ariam Ile-de-France
  • Le département de musique de l’université de Paris VIII
  • Le centre régional d’éveil artistique (CREA)

    Le centre de formation des musiciens intervenants (CFMI) d’Orsay

  • Les lieux de diffusion culturelle du département et de la région Ile-de-France
  • Les associations musicales reconnues par l’inspection académique 
  • Le réseau CNDP, CRDP de Champigny-sur-Marne, CDDP du Bourget
  • La Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) en Ile-de-France

 

 
Cette mutualisation des moyens artistiques et pédagogiques au service d’un projet global rayonnera sur l’ensemble des apprentissages.

Les réalisations et les regroupements

Les rencontres chorales et les réalisations sont une étape dans le processus d’apprentissage ; elles valorisent le travail de tous, élèves et enseignants et s’inscrivent dans une pratique sociale de la musique.
 
Les réalisations ont vocation à accompagner la démarche de projet. Elles feront l’objet d’une attention particulière des équipes de circonscription et, sur les aspects plus techniques, d’un appui des conseillers pédagogiques spécialisés en éducation musicale. Le partenariat dans ces multiples aspects sera encouragé tant sur le plan artistique que sur le plan logistique. Le centre départemental de documentation pédagogique est sur ce dernier point, un interlocuteur privilégié.
 
Beaucoup d’écoles sont engagées dans des démarches de projet qui complètent et enrichissent les enseignements dispensés en éducation musicale : réalisation d’opéras pour enfants, rencontres chorales…
 
La charte vise à mettre en cohérence les diverses initiatives menées dans le département, à les valoriser et à permettre des échanges pour faciliter le transfert de pratiques innovantes et pertinentes.
 
Des manifestations locales permettant la valorisation auprès des familles seront recherchées dans la mesure du possible en partenariat avec les structures et associations culturelles locales et les municipalités.
 
Le cadre de la semaine des arts est un moment privilégié pour des rencontres à caractère départemental favorisant le partage avec d’autres ensembles vocaux, leur pratique artistique dans toutes leurs richesses et leur diversité.

L’intervention en milieu scolaire

Généralités et contenus
L’objectif de généralisation de la pratique vocale et du chant choral nécessite la mobilisation de toutes les énergies, de toutes les compétences : celles des enseignants des écoles, des personnels des structures culturelles de proximité, des musiciens intervenants et de l’ensemble des professionnels de la culture…
La complémentarité des savoir-faire et le respect mutuel des compétences de chacun garantissent la qualité du travail effectué en partenariat.
Dans ce cadre, les élèves pourront aborder une pratique vocale de qualité ouvrant sur :
  • des répertoires, des esthétiques et des langages musicaux multiples
  • une acquisition de compétences spécifiques (placement de la voix et développement de l’ambitus, pratiques polyphoniques…)
  • des rapports entre pratique individuelle / collective (au sein du groupe classe)
  • des réalisations plus abouties sur le plan artistique. 
Les échanges entre l’enseignant et l’intervenant permettront une évolution des pratiques musicales et pédagogiques de chacun (notion de formation).
La concertation entre l’enseignant et l’intervenant est un élément essentiel pour la réussite du projet et devra être prise en compte dans la définition des modalités d’intervention.
 
Plusieurs municipalités et circonscriptions du département sont déjà engagées depuis de nombreuses années dans des partenariats impliquant des musiciens intervenants. Tenant compte des particularités locales et dans la continuité du dispositif mis en œuvre en 1999-2000 par l’inspection académique, l’intervention en milieu scolaire s’effectuera sous réserve qu’elle réponde clairement à un ensemble de conditions :
  • le respect de la responsabilité et de la polyvalence du maître ;
  • l’inscription de l’intervention dans le projet de la classe, notamment dans sa dimension interdisciplinaire (par exemple dans la relation du travail musical avec l’apprentissage de la langue) ;
  • l’implication directe du maître dans le travail musical.
Les procédures d’agrément 
Elles se feront sur les bases suivantes :
  • Les titulaires du diplôme universitaire de musicien-intervenant (dumi) sont statutairement habilités à intervenir sans examen ultérieur de leur compétence.
  • Les Etablissements spécialisés d’enseignement artistique, signataires de convention avec l’éducation nationale pourront se porter garants des compétences des musiciens intervenants dépendant de leur responsabilité administrative, pédagogique et artistique.
  • Des musiciens « indépendants » pourront intervenir dans le dispositif sous réserve de l’examen de leurs compétences par le groupe de pilotage.

Le groupe de pilotage

Un groupe de pilotage sous la responsabilité de l’inspecteur d’académie, sera mis en place pour assurer le suivi des actions sur le terrain et leur conformité avec les orientations de la Charte.

  • Il se réunira au moins deux fois par an,
  • Il examinera les nouvelles candidatures à partir d’un dossier et, éventuellement d’entretiens, selon trois critères : la formation musicale, l’expérience pédagogique de l’intéressé(e) et l’adéquation du projet. L’agrément requiert in fine l’accord de la DRAC conformément au texte en vigueur. On distinguera la compétence pédagogique et la qualité artistique et culturelle de l’intervenant de la validation du projet.
  • Il élabore le plan départemental, dresse le bilan et formule des propositions pour relancer l’action.

 La création contemporaine, les outils pédagogiques et la valorisation des réalisations

L’ensemble des expériences, des créations d’œuvres contemporaines, des outils pédagogiques seront identifiés et expertisés. Les équipes de circonscription sous l’impulsion des inspecteurs et avec le concours des conseillers départementaux en éducation artistique seront missionnées pour effectuer ce premier niveau d’identification.

Après validation par le groupe de pilotage, ces différentes actions feront l’objet d’une valorisation par une communication appropriée réalisée par le réseau du CNDP, CRDP, CDDP.

© DSDEN93 - article actualisé le 24 novembre 2016


Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants



Sites institutionnels
Académie de Créteil
Education.gouv.fr
Service-public.fr
Autres sites

Infos site
Accessibilité
Mentions légales

Abonnements
Fil RSS
e-lettre des enseignants